Jeannette DELAFIN, une randonneuse à suivre

Jeannette DELAFIN a commencé sa vie professionnelle comme institutrice, puis rééducatrice à Besançon, puis Morteau ; une activité professionnelle qui lui a laissé du temps pour s’investir dans les centres de vacances en été et en hiver, comme monitrice puis directrice, et ce, pendant une vingtaine d’années.

jeannette-delafin

Dès l’âge de 20 ans , Jeannette est déjà une randonneuse expérimentée puisqu’elle entreprend alors le Tour du Mont-Blanc, une classique pour les randonneurs qui se fait tout de même sur une semaine, en passant par la France, la Suisse et l’Italie et qui demande déjà un bon sens de l’organisation, et une bonne forme physique.

Encore aujourd’hui, elle parcourt la France à raison d’au moins trois randos en itinérance par an ; et bien sûr une bonne partie de son temps libre se passe sur les sentiers de notre région.

Elle adhère alors aux Sentiers du Doubs, une association de randonneurs de Villers-le-Lac, dont elle sera secrétaire pendant 15 ans. Puis elle intègre en 1998 le Comité départemental de la Randonnée pédestre (CDRP) du Doubs dont elle deviendra la secrétaire générale en 2005 et la présidente en 2014.

Au sein du CDRP, elle assure la présidence de la commission sentiers ; le travail en amont : vérification des cartes existantes, repérage sur le terrain et sur les cartes, demandes des autorisations de passage et de balisage, contacts avec les mairies, les propriétaires ; viennent ensuite le tracé des itinéraires, l’entretien des sentiers,  le balisage,  l’élaboration des topoguides éventuellement, et maintenant la numérisation. Tout un travail que n’imaginent pas les 15 millions de personnes qui marchent, randonnent ou se baladent – dont 1,5 en itinérance –  et qui empruntent les sentiers sur tout notre territoire, topoguides ®, randofiches ® ou maintenant GPS en mains…

Plusieurs projets thématiques ont été finalisés ou sont en cours de finalisation, sous sa présidence et avec sa très forte implication sur le terrain : la Terra Salina, ou les sentiers du sel, d’Arc-et-Senans à Bex (Suisse) en passant par Salins, qui a été inaugurée en 2015 –  trois cités thermales et 7 sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco – dont l’homologation par la FFRP  est en cours ;  les chemins de la contrebande du Pays horloger (Morteau, Maîche, St-Hippolyte, Belleherbe), dont la labellisation est en cours ; l’itinéraire de Cussey aux Fourgs, de la Via Francigena qui part de Canterburry pour aller jusqu’à Rome et dont l’homologation pourrait avoir lieu avant la fin de l’année.

C’est aussi sous sa présidence et avec son impulsion que les randos douces, maintenant rando santé ® ont vu le jour : des randos adaptées notamment aux personnes en suivi médical, encadrées par des animateurs formés par la FFRandonnée à cette spécificité.

Membre du Comité régional de la randonnée pédestre depuis 7 ans  elle participe maintenant à la mise en place du nouveau CR Bourgogne-Franche-Comté qui sera opérationnel au 1er janvier 2017.

On estime à plus de 60% le nombre de femmes qui randonnent ; au sein des instances dirigeantes le pourcentage chute…L’implication de Jeannette au sein des instances dirigeantes est d’autant plus remarquable.

La randonnée est pour Jeannette Delafin un art de vivre qu’elle fait en sorte de pouvoir transmettre aux personnes, qui, comme elle, sont amoureuses de la France, de sa nature et de son patrimoine.

Merci Jeannette pour cet engagement !

7 commentaires sur « Jeannette DELAFIN, une randonneuse à suivre »

  1. Bonsoir l’Electron Libre,
    Encore une fois un beau portrait, et un parcours très intéressant fait de passion. Impressionnée effectivement du travail en amont pour le plaisir des randonneurs.
    Super également Rando Santé !
    A+

    Aimé par 1 personne

    1. Pour que les randonneurs puissent profiter pleinement de leur « ballade », le travail en amont est en effet essentiel. Et comme tu l’as bien perçu, il est également conséquent et doit être très rigoureux.
      Les « randos santé » sont également très intéressantes car elles tiennent compte des difficultés de certains publics. Des parcours adaptés, un rythme modéré, de faibles dénivelés et un animateur formé. Tout cela est très bien encadré.

      Aimé par 1 personne

      1. Merci Nathalie.
        Un sport bien sympathique a priori. Dans la région, nous avons aussi ce type de jeux. Les salles ont un petit côté ancien assez sympathique. Généralement, les joueurs sont tous des passionnés amateurs…tellement doués qu’ils semblent réellement pros. Cet été, nous sommes notamment allés jouer ceux de la Bernerie en Retz (non loin de Pornic, si tu connais : http://abboules.e-monsite.com/) et toute ma famille a été impressionnée :précision des tirs, stratégies d’équipe, engouement, etc alors que la seule difficulté que nous avions était de ne pas faire tomber la délicieuse glace de la Fraiseraie sur le sol ou le banc… 😉 A Nantes, plusieurs salles anciennes existent encore mais je n’y ai jamais mis les pieds, sauf plus jeune dans celle de mon quartier (Bd Lauriol : http://elpresidente01.free.fr/rubriques/amicales.htm.htm)… A quand un superbe article sur la boule lyonnaise alors ? 🙂

        Aimé par 1 personne

        1. J’ai suivi tes liens. Ce sont bien des jeux de boules mais je pense plutôt à des variantes de « boule de fort » et/ou « boule bretonne ». Des disciplines encore cousines. Quant à un article sur le sport boules, je pense à un sujet généraliste en partant d’une expérience personnelle. On sera plus dans la rubrique billet d’humeur/humour.

          J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s